Le BPE version papier accueille dorénavant dans ses pages la parole des sortants de l’ASE car elle est essentielle pour améliorer encore les réponses de notre système de protection de l’enfance

La rubrique “Pairs et Repairs” de 6 pages dans chaque numéro sera donc consacrée à l’expression de ces jeunes sur les thèmes qui leur sont chers et qu’ils souhaitent partager avec les professionnels qui lisent le BPE, ou qu’ils souhaitent croiser avec un professionnel particulier comme le permet la sous-rubrique “Portraits croisés” (voir pages suivantes). La rubrique est rédigée intégralement par les membres des associations Repairs ! 75 et 94.

La newsletter vous en propose un extrait :

Le mot du président de Repairs ! 75 : Leo Mathey

À l’heure où les débats sur l’ASE battent leur plein, quelle prise de parole possible pour les jeunes de l’ASE ? À Repairs! nous sommes convaincus que le retour d’expérience des sortants de l’ASE est déterminant pour améliorer l’accompagnement des enfants confiés. Les savoirs d’usage ou expérientiels sont essentiels pour comprendre les points aveugles de cette politique publique. Mais nous avons pour autant toujours fait le choix de la parole collective et nous en sommes fiers. Car selon nous, donner une place de choix aux sortants de l’ASE dans l’amélioration des politiques publiques suppose a minima de ne pas les cantonner à une simple posture de témoignage individuel. Mais au contraire d’accepter qu’ils puissent développer et exprimer une “expairtise” construite et collective. C’est tout l’enjeu des débats internes à Repairs! 75 et 94. Les risques d’instrumentalisation de la parole individuelle des jeunes de l’ASE est grand et nous inquiète. Chaque acteur, dans sa logique propre, trouvera en effet toujours son “jeune témoin” pour venir valider sa propre vision de l’ASE : celui à qui l’ASE n’a fait aucun cadeau et qui ne se privera pas, à raison, d’en dire tout le mal qu’il en pense ; à l’inverse, celui qui estime que l’ASE a été la chance de sa vie, et qui fera de son cas une généralité. La seule façon de sortir de cette polarisation reste encore et toujours le débat d’idées, le dialogue des histoires, diverses et variées, et la construction collective d’un plaidoyer. Nous nous y employons d’arrache-pied depuis des années, dans le sillage de la recherche par les pairs et les initiatives heureuses comme Parole de Jeunes en Moselle ou le Conseil départemental des Jeunes de l’ASE en Gironde qui sont d’ailleurs à valoriser. Dans une perspective d’ expairtise collective, Repairs! a été sollicité par le ministre Adrien TAQUET afin de contribuer à l’ensemble des six groupes de travail mis en place dans le cadre de la concertation sur la protection de l’enfance. Sécurisation des parcours, accueil familial, scolarité, maltraitance, handicap, participation… autant de sujets sur lesquels nous estimons avoir notre mot à dire et pour lesquels un “pilote”, membre de Repairs!, est amené à siéger jusqu’au mois de juin. Le choix que nous avons fait est ambitieux et nous le souhaitons porteur de changement en protection de l’enfance : avant chaque groupe de travail, un workshop appuyé sur des méthodes participatives est organisé par un “pilote” avec une trentaine de jeunes sortant de l’ASE, membres de Repairs!. Ce workshop permet de construire les positions prises par l’association au sein du groupe de travail au ministère, de sorte que le “pilote” est avant tout porteur d’une parole et de propositions collectives, et non porteur de son propre parcours à l’ASE. De quoi être au plus près de la diversité des parcours à l’ASE et de veiller à n’enfermer personne dans son statut d’ancien enfant confié. Personne n’est jamais au bout de son histoire. On rêve peut être, mais on veut y croire.