Le Département de la Gironde très mobilisé face aux violences intrafamiliales

Dans un Communiqué publié le 8 avril le département de la Gironde a indiqué qu’en cette période de confinement à domicile, les violences faites aux femmes sont en augmentation dans le Département  (+25 à 28% de plaintes enregistrées par la police et la gendarmerie), comme partout sur le territoire. 

Comme l’indique le département depuis le début du confinement en Gironde, les travailleurs sociaux du Département ont déjà aidé cinq femmes à se mettre en sécurité et quitter leur domicile conjugal. Une veille est également mise en place par les travailleurs sociaux auprès des femmes victimes de violences identifiées avant le début du confinement.

Il souhaite également signaler que de nombreux dispositifs et associations restent accessibles pour venir en aide aux victimes de violences : ACV2F (Agir contre les violences faites aux femmes), APAFED (Association pour l’accueil des femmes en difficulté), PRADO (Association laïque d’aide aux victimes), Association Femmes Villenavaises Solidaires et Citoyennes, La Maison d’Ella, Association La Maison des Femmes, Association Solidarité Femmes Bassin, CACIS (Centre Accueil Consultation Information Sexualité), CIDFF (Centre d’Information sur les droits des femmes et des familles), Association Familles en Gironde, Association Femme Solidaires, Association La Maison de Simone, Planning Familial de la Gironde, Institut Don Bosco Vict’aid.

Les avocats bordelais sont également mobilisés pour conseiller et accompagner les victimes de violences intra familiales. Pour ce faire, ils viennent de créer un numéro d’urgence gratuit : 05 57 77 40 71.

Par ailleurs durant la commission permanente du 6 avril 2020, Jean-Luc Gleyze, président du Département et les conseillers départementaux ont attribué 60 000 euros de subvention pour la Maison d’ELLA. Inaugurée il y a un an, la Maison d’Ella, qui s’inscrit dans un réseau associatif en lien avec les publics et les thématiques, a pour objectif de faciliter la prise en charge de victimes de violences physiques et/ou sexuelles en proposant une offre de soins pluridisciplinaires sur la Gironde et de permettre le bon rétablissement physique et psychique des femmes victimes de violences physiques et/ou sexuelles.

Enfin, c’est l’occasion de rappeler que l’État a mis en place un système d’alerte par SMS. Les victimes de violences conjugales peuvent désormais alerter les forces de l’ordre ou le SAMU et les pompiers en envoyant un SMS au 114. Ce système permet de renforcer  le numéro d’écoute 3919 « Violences Femmes info », en place depuis 2014, ainsi que la plateforme arretonslesviolences.gouv.fr, qui reste active durant cette période et permet de tchatter avec les forces de l’ordre. Le message disparaît automatiquement après l’envoi, ce qui permet de sécuriser la personne qui envoie son message d’appel.

Le 119 est également ouvert, dédié à la prévention et à la protection des enfants en danger ou en risque de l’être.