Violences conjugales – le HCE fait 44 recommandations pour garantir la protection des femmes victimes et de leurs enfants

© Motortion / Istock

Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) avait été missionné par la Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, pour identifier les avancées et les défaillances dans l’accompagnement des femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants, tout au long du parcours de sortie de ces violences.

Dans un rapport rendu public le 9 octobre, le HCE pointe les déficits de protection des femmes victimes de violences conjugales et de leurs proches et propose des solutions en se basant sur l’expérience concrète des victimes.

Comme les auteurs l’expliquent “c’est la première fois qu’un tel rapport se fonde sur l’expérience des femmes victimes pour débusquer tous les moments où elles sont laissées seules et exposées face à un conjoint ou un ex violent, alors qu’elles ont osé briser le secret imposé par l’agresseur. L’angle de vue, expliquent-ils a été d’embrasser l’ensemble des dispositifs mis en œuvre et de les confronter avec les besoins vitaux exprimés par les femmes victimes, afin que se dessinent les voies à suivre à travers le repérage des signaux faibles comme des signaux de détresse, à travers la détection des défaillances du maillage”. Le HCE explique que “lorsque les femmes révèlent des violences conjugales, elles ont besoin d’être crues et que leur signalement soit traité en priorité par les forces de sécurité intérieure et l’autorité judiciaire”. Il souligne également “qu’elles ont besoin d’être protégées sans délai”. C’est pourquoi il recommande de parvenir à 20 000 places d’hébergement “dans des centres non-mixtes, sécurisés, dotés de professionnels spécialement formés. Les victimes doivent aussi bénéficier plus facilement de mesures de protection judiciaires”.  “Pour reprendre leur vie en main, elles ont besoin d’être accompagnées, souligne encore le Haut conseil, pour guérir les impacts physiques et psychiques des violences, retrouver un logement et accéder à l’autonomie financière”.

Enfin, le HCE qui rappelle qu’“un homme violent est un père dangereux”, plaide ce principe soit traduit sans “ambigüité dans la loi pour protéger les mères et leurs enfants”.

Au total Le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes fait pas moins de 44 recommandations autour de deux leviers essentiels : sécuriser les femmes victimes tout au long de leur parcours et amplifier la politique publique à la hauteur des besoins.

En savoir plus : www.haut-conseil-egalite.gouv.fr