Tous les articles par Karine Senghor

Délaissement parental : la Conférence à ne pas manquer

Encore trop d’enfants restent des années durant, dans un entre-deux – celui d’un délaissement plus ou moins manifeste des parents mais d’une absence de reconnaissance formelle de ce délaissement – qui les laisse dans un sentiment permanent d’insécurité, dans l’incompréhension et avec des souffrances qui pourraient être atténuées si d’autres perspectives familiales leur étaient offertes au cours de leur enfance. 

La dernière réforme de la protection l’enfance a prévu un dispositif pour faciliter le travail des professionnels sur ces questions. Reste que pour les acteurs éducatifs de services d’accueil (Mecs, Foyers de l’enfance, accueil familial) l’accompagnement de ces enfants délaissés est particulièrement complexe au quotidien comme dans l’appréhension de leur avenir. En ce qui concerne les services de protection de l’enfance départementaux, comme les magistrats, reconnaître que tel ou tel parent ne peut pas ou ne pourra plus exercer véritablement son autorité parentale reste sans doute l’un des actes professionnels les plus difficiles à poser.

C’est pourquoi l’Ecole de la Protection de l’Enfance (créée par l’Action Sociale société organisatrice des Assises de la Protection de l’Enfance) propose une conférence exceptionnelle à la Maison de la Chimie à Paris le 14 janvier prochain sur cette thématique, en présence des meilleurs experts cliniques et juridiques sur ces questions : Marie-Paule Martin-Blachais, Philippe Fabry, Elsa Keravel, Philippe Liébert, Anne Raynaud-Postel, ainsi que des professionnels de terrain, des jeunes ayant été placés et en présence de la Défenseure des Enfants, Geneviève Avenard.

Pour consulter ou télécharger le programme de la Conférence, cliquez sur ce lien https://ecoleprotectionenfance.com N’hésitez pas à partager l’information !

Lieu : Maison de la Chimie à Paris 

Renseignements : 01 53 10 24 10

Par L’Action Sociale, société organisatrice des Assises de la Protection de l’Enfance

Assises de la protection de l’enfance 2019 : les Temps forts dans le BPE

Outre la table ronde sur “Médias et protection de l’enfance” le BPE n° 108 qui vient de paraître traite de nombreux autres temps forts des Assises 2019 qui ont eu lieu à Marseille en juillet dernier dont l’intégralité de l’intervention du youtubeur Jhon Rachid qui a grandi en foyer, ainsi que la participation massive de jeunes sortant de l’ASE, en tribune comme en coulisses. Le numéro suivant à paraître en janvier consacrera plusieurs pages à la table ronde sur le “Besoin de repères des professionnels, des jeunes et des familles”, et à l’intervention de Boris Cyrulnik sur les 1000 premiers jours de la vie d’un enfant. Quant aux ateliers, ils seront disponibles bientôt uniquement sous la forme de verbatim sur le tout nouveau site des assises : www.assisesprotectionenfance.fr

Si vous souhaitez acheter ce numéro (PDF ou magazine papier) cliquez ici.

Le Youtubeur Jhon Rachid ovationné aux Assises de la Protection de l’enfance

“Avoir été placé n’empêche pas de s’en sortir, c’est important de le dire aussi … c’est ce que j’essaie de faire avec mon arme, le rire”.

ll est vidéaste, comédien, humoriste, compte 1,4 million d’abonnés à sa chaîne YouTube, 860 000 à son compte Instagram, des centaines de milliers de followers sur Twitter… si vous ne connaissez pas encore Jhon Rachid cela ne saurait durer car il fait de plus en plus parler de lui : en tant qu’artiste mais aussi à un titre plus personnel dans la sphère de la protection de l’enfance. Il se trouve en effet que c’est un “ancien” de l’Aide Sociale à l’Enfance qui après avoir raconté son enfance en foyer dans une vidéo – devenue virale avec 1,7 million de vues -, vient de sortir une bande dessinée sur son histoire : “Comme on peut”.

Il était présent aux 12e Assises nationales de la protection de l’enfance à Marseille lors de la table ronde sur “Médias et protection de l’Enfance”, pour livrer son point de vue d’artiste mais aussi d’individu plus personnellement concerné. Avant son témoignage, un long extrait de sa vidéo “J’ai grandi en foyer” était diffusé devant les 2000 professionnels présents donnant lieu à de nombreuses salves de rire et une longue ovation, laissant la star de YouTube particulièrement émue par la situation.

Retrouvez son puissant témoignage dans le BPE n°108 ou dans la vidéo disponible sur le tout nouveau site des Assises : www.assisesprotectionenfance.fr

Stop à l’ASE-bashing!

Tel est le thème du dossier principal du Bulletin de la Protection de l’Enfance (BPE) qui vient de paraître (N°108) et qui relate un certain nombre de temps forts des Assises de la protection de l’enfance 2019, dont la table ronde (passionnante) consacrée aux médias et à la protection de l’enfance qui est au cœur de ce dossier.

Si les alertes médiatiques autour des dysfonctionnements du système de protection de l’enfance sont indispensables et permettent dans bien des cas de répondre à l’urgence de situations individuelles ou collectives qui n’auraient pas dû exister dans un système de protection, les médias, en particulier grand public, ne savent pas montrer autre chose que ce qui dérape dans la protection de l’enfance. Résultat : aux yeux de l’opinion publique la protection de l’enfance se résume pour l’essentiel à des échecs, des violences, des scandales quand, en réalité, dans la majorité des situations, ce sont plutôt des parcours de vie pansés voire sauvés, des perspectives d’avenir consolidées qu’offre cette politique publique aux enfants concernés…

Peut-on s’accommoder de cette vision tronquée de la protection de l’enfance ? Ne doit-on pas s’inquiéter des effets délétères de cette ASE bashing, à commencer sur les mineurs protégés en contribuant à leur stigmatisation ? De même, à un moment où tous les spécialistes affirment que la protection de l’enfance doit être l’affaire de tous, ne donne-t-on pas, avec cette image d’inopérance de notre dispositif de protection, des arguments à l’opinion publique pour refuser de se mêler des affaires familiales de son voisin ?  Sans parler de la lassitude des professionnels de ce secteur de se voir sans cesse malmenés malgré leur engagement exigeant à un moment où le contexte de leur intervention n’a jamais été aussi complexe sur le plan social et économique.

Comment faire connaître l’autre facette de la protection de l’enfance à l’opinion publique ? Comment mieux communiquer dans les institutions et au sein du travail social pour convaincre les médias de parler autrement de la protection de l’enfance ? Quel rôle peuvent jouer les sortants de l’ASE pour promouvoir une vision plus équilibrée de la protection de l’enfance ? En quoi les médias du divertissement (cinéma, web,…) complètent-ils utilement les vecteurs d’information (cinéma, web,…).

Telles sont les questions traitées dans le dossier du nouveau BPE.

Si vous souhaitez acheter ce numéro cliquez ici.

MNA : un débat sans fin ?

Depuis qu’une présence croissante de mineurs non accompagnés a été constatée sur le territoire à partir des années 90, le débat est récurrent : doit-on les considérer avant tout comme des mineurs dont la prise en charge revient aux départements au titre de la protection de l’enfance ou bien comme des étrangers dont la prise en charge doit être assurée par L’État au titre de la politique d’immigration ?

Continuer la lecture de MNA : un débat sans fin ?

Assistance éducative : un guide pour y voir plus clair sur les actes usuels de l’autorité parentale

Pour mémoire, l’article L. 223-1-2 du Code de l’action sociale et des familles, créé par la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l’enfant (CASF), prévoit « qu’une liste des actes usuels de l’autorité parentale que la personne physique ou morale qui prend en charge au quotidien l’enfant (assistant familial ou établissement) ne peut pas accomplir au nom du service départemental de l’aide sociale à l’enfance sans lui en référer préalablement est annexée au projet pour l’enfant ». L’article 375-7 du code civil dispose quant à lui que les parents dont l’enfant bénéficie d’une mesure d’assistance éducative continuent à exercer tous les attributs de l’autorité parentale qui ne sont pas inconciliables avec cette mesure. Toutefois, cet article renvoie à l’article 373-4 du même code qui prévoit, s’agissant de la décision du juge aux affaires familiales de confier l’enfant à un tiers, que ce dernier « accomplit tous les actes usuels relatifs à sa surveillance ou à son éducation » Continuer la lecture de Assistance éducative : un guide pour y voir plus clair sur les actes usuels de l’autorité parentale

L’épineuse question du devenir des enfants du Djihad

En Septembre 2017, on estimait que 1 910 français sont ou ont été concernés par le Djihad en Syrie ou en Irak. Parmi eux, 460 mineurs recensés sur le territoire revendiqué par Daech, dont la moitié a moins de cinq ans et un tiers y est né. 50 de ces mineurs seraient déjà rentrés, mais ce n’est qu’un début.

Continuer la lecture de L’épineuse question du devenir des enfants du Djihad

Application de la CIDE : beaucoup de recommandations … en attendant les résultats

Le Haut Conseil de la famille de l’enfance et de l’âge a adopté un avis sur la mise en œuvre de la convention internationale des droits de l’enfant (CIDE). Ces travaux s’inscrivent dans la suite des recommandations du comité de l’ONU en charge du suivi de l’application de la CIDE par les États signataires. Cet avis se félicite de ce que, pour la première fois, la DGCS ait produit un rapport consacré à ce suivi en mobilisant l’ensemble des administrations et services concernés et qu’une méthode et des outils communs aient été élaborés pour faciliter l’analyse des remontées d’information et leur mise en forme.

Continuer la lecture de Application de la CIDE : beaucoup de recommandations … en attendant les résultats